«

»

Jan 07

LE POUVOIR DE LA PENSÉE ET SON HISTOIRE : MÉDITATION – CRÉATION CONCENTRATION VII

LEÇON 7

MÉDITATION – CRÉATION  CONCENTRATION VII (SUITE ET FIN)

Beaucoup de gens font un dur travail de la concentration. C’est une perte de force physique mal entendue. Quand vous regardez une jolie fleur avec admiration, vous pensez à cette fleur, vous vous concentrez sur elle, pour le moment vous ne pensez qu’à elle, à l’exclusion de toute autre chose. Quand vous allez au théâtre, vous vous absorbez dans l’action, vous vous con- centrez sur l’action.

Un grand nombre de personnes ont tendance à s’imaginer qu’en essayant de se concentrer, ils se placent dans une condition d’esprit fausse et anormale, qu’ils accomplissent une action extraordinaire. Les mâchoires serrées d’une façon tragique:

« Maintenant, je me concentre, » se disent-ils, et les poings fermés, les sourcils froncés, ils contractent leurs muscles, la respiration haletante et pénible.

Bannissez cette idée erronée, ce faux état d’esprit la concentration n’est pas une épreuve fougueuse, c’est une récréation plaisante et naturelle, ou du moins il devrait en être ainsi. Placez votre corps dans une position aisée, votre attention ne doit pas être détournée par une attitude défectueuse, sinon corrigez-la et n’y pensez plus, toute votre force doit être employée à regarder votre peinture.

En vous concentrant, par exemple, sur cette liasse de billets, sans être fatigué de l’argent ou de la concentration, vous pouvez être lassé de cette forme particulière d’image. Après avoir regardé des billets, changez pour un moment votre peinture en or ou en argent. Peu importe la nature de l’argent pourvu qu’il représente la somme désirée. Ainsi votre matrice n’est pas détruite, mais la forme seulement de votre image est changée.

Une autre manière, très bonne, de faciliter la concentration, est de prendre l’habitude de concentrer vos pensées sur tout ce que vous faites dans la vie de chaque jour. Si vous attachez vos chaussures, n’essayez pas de lire en même temps le journal. En vous habillant, fixez votre attention sur cette action, ne vous livrez pas en même temps à des vocalises.

Cette pratique régulière de concentration augmentera votre pouvoir et vous permettra de faire complètement et rapidement tout ce que vous entreprendrez. Les hommes qui réussissent en ce inonde sont ceux qui ont acquis et pratiqué l’art de se concentrer dans des voies déterminées. Des centaines de « Mental Scientists » et de « Christian Scientists » de notre temps et les occultistes à travers les âges, ont fait la preuve des vérités énoncées dans ce chapitre.

Vous pouvez admettre ces principes, mais l’expérience seule vous en donnera la certitude. En suivant exactement les règles données, vous pouvez attirer à vous tout ce dont vous voudrez prendre la peine de vous faire l’image. Que ce soit le succès, la position sociale, ou quelque avantage spirituel, mental ou physique, vous pouvez l’obtenir simplement en créant et en maintenant une peinture dans votre esprit.

Que la chose créée soit bonne pour vous, ou que vous en fassiez un mauvais usage après l’avoir obtenue, le résultat sera le même, vous aurez ce que vous peignez clairement. Si vous désirez cinq mille francs dans le but d’aider une famille pauvre ou pour payer à un homme l’assassinat d’un autre, l’accomplissement de la loi n’est changé en rien. Votre demande sera exaucée d’après la peinture que vous en ferez.

Mais si vous faites un mauvais usage de vos pouvoirs en employant vos forces au détriment d’un autre, il vous faut en accepter les conséquences et elles sont terribles, la loi de justice agit bien plus rapidement sur ceux qui emploient sciemment leurs forces mentales pour faire le mal, que sur ceux qui agissent à tort d’une manière inconsciente ou demi-consciente. Il est toujours bon de méditer avant de faire une création.

Tant de gens créent et demandent continuellement ce qu’ils ne désirent pas vraiment ! Demandez à la suprême conscience, Dieu, Père, que vous l’appeliez ainsi ou autrement, si pour quelque raison votre demande ne va pas contre votre intérêt, et quand vous aurez reçu l’impression que vous pouvez être exaucé, faites votre peinture, réclamez-la comme vôtre, et concentrez-vous jusqu’à sa réalisation.

Supposez que vous désiriez faire un voyage en Europe, sans méditer ni demander s’il est bon pour vous d’y aller, vous faites votre peinture, vous vous voyez sur le paquebot avec un billet pour le continent, vous irez en Europe, mais votre voyage ne se fera peut-être pas dans les meilleures conditions, peut-être même sera-t-il tout à fait gâté par la maladie ou les accidents.

Si vous aviez médité ce projet et demandé les conseils d’en haut, vous auriez reçu l’impression qu’il était préférable de remettre le voyage projeté. Ayant suivi cette impulsion vous ne seriez pas parti et toutes ces calamités vous eussent été épargnées.

attraction_je_veux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.